Stéphane Delavallade – La montagne


S. Delavallade

/ Aux Origines / Evocation Provençale / La montagne


La montagne

La montagne : ce nom m’évoque instantanément le Jura et les Alpes, ces beaux paysages forestiers d’altitude qui ont accompagné ma vie ! Je garderai toujours en moi ces magnifiques barres rocheuses calcaires du Jura ou du Vercors qui se détachent sur un ciel bleu azur, et ces grands sapins et épicéas majestueux et imposants, semblant éternels !

Environs de la Chaux du Dombief (source Stéphane Delavallade, juin 2019)

Un ensemble montagneux est caractérisé par sa topographie accidentée qui créée l’altitude, le relief et la pente. Les montagnes dans le monde prennent des formes très diverses en fonction des processus géologiques qui ont mené à leur formation (orogénèse).

En général, les températures sont en moyenne plus basses et les précipitations plus importantes qu’en plaine. Les ensembles montagneux ont un climat spécifique marqué par un étagement altitudinal : étage montagnard (forêts mixtes), étage subalpin (forêt de conifères), étage alpin (pelouse alpine) et étage nival (rochers et névés, mousses, lichens). Ils abritent une grande variété d’’écosystèmes et une importante biodiversité.

Les différentes chaînes de montagne et les différents biomes sous influence

Il existe à la surface des continents deux grandes zones principales d’orogenèse active : la ceinture alpine et la ceinture circum-pacifique, et une zone plus modeste en Afrique, la vallée du grand rift.

A l’inverse, des montagnes subsistent encore dans plusieurs zones du globe dues à des orogénèses désormais inactives, calédonienne et varisque (hercynienne), et panafricaine.

La ceinture alpine s’étend du Maghreb à l’Asie du Sud-Est. Elle est issue de la fermeture, dès le Crétacé, de l’océan Téthys, principalement par collision des plaques africaine et indienne avec l’Eurasie depuis l’Éocène. Elle s’étend du Maghreb à l’Asie du Sud-Est. Elle comprend la majeure partie de l’Atlas, l’arc de Gibraltar, les Pyrénées, les Alpes, le massif du Jura, les Apennins, les Carpates, les Balkans, l’Anatolie, le Caucase, l’Elbourz, les monts Zagros, les monts Hajar, le Kopet-Dag, l’Hindou Kouch, le Pamir, le Karakoram, l’Himalaya, le plateau tibétain, la cordillère du Kunlun, les monts Hengduan, la chaîne Tenasserim et les Bukit Barisan.

La ceinture circum-pacifique s’étend sur le pourtour de l’océan Pacifique, le long de fosses océaniques. Elle se met en place dès le début du Mésozoïque. C’est une zone volcanique extrêmement active. En Amérique, jusqu’à la terre de Graham en Antarctique au sud, elle se matérialise par la cordillère américaine et englobe la chaîne aléoutienne, la chaîne Brooks, la chaîne d’Alaska, les monts Mackenzie, les chaînes côtières du Pacifique, les montagnes Intérieures, la chaîne Columbia, les montagnes Rocheuses, la sierra Madre orientale, la sierra Madre del Sur, la sierra Madre de Chiapas, la cordillère Centrale, la cordillère de Talamanca, l’arc insulaire des Antilles, la cordillère des Andes et les Antarctandes. Sur la marge occidentale du Pacifique, elle est constituée par les monts de Verkhoïansk, les monts Tcherski, les montagnes du Kamtchatka (chaîne Orientale et chaîne Centrale) et du Japon (dont les Alpes japonaises), la chaîne de Sikhote-Aline, les montagnes de Taïwan, des Philippines et des îles de la Sonde (Indonésie), la chaîne Centrale de Nouvelle-Guinée et les Alpes de Nouvelle-Zélande.

À une moindre échelle, la vallée du grand rift est également un système montagneux très jeune, apparu seulement vers l’Oligocène. Il inclut les monts Nur, les montagnes des Alaouites, le mont Liban, l’Anti-Liban, les monts de Judée, la pointe méridionale du Sinaï, les monts Sarawat, le bloc Danakil, les plateaux d’Éthiopie, le Rwenzori, les montagnes des Virunga, les monts Bleus, les monts Mitumba, l’Aberdare, le massif du Ngorongoro, les Southern Highlands et les Mafinga Hills.

Le premier système de montagnes inactives issu des orogénèses calédoniennes et varisque comprend les Appalaches, les montagnes d’Irlande, les Highlands d’Écosse, l’Est du Groenland, les Alpes scandinaves, les Spitzberg, la Cornouailles, l’Anti-Atlas, les Mauritanides, le centre de la péninsule Ibérique dont le Système central et le Système ibérique, l’ensemble de la chaîne varisque (ou localement hercynienne) constituée par le Massif armoricain, le Massif central, le massif des Vosges, la Forêt-Noire, le massif schisteux rhénan, le Harz, le massif de Bohême et le massif de Thuringe-Franconie, ainsi que l’Oural, le Tian Shan, l’Altaï, les monts Saïan, les monts Khangaï, les monts Baïkal et les monts Stanovoï.

Un autre système montagneux ancien, dit panafricain, s’est formé progressivement entre le Permien et le Jurassique, accompagnant l’assemblage puis la dislocation du Gondwana, au niveau du plateau des Guyanes, des massifs de l’Est du Brésil (dont la serra do Mar), des montagnes de la ceinture plissée du Cap puis du Grand Escarpement africain, des monts Ellsworth et autres massifs de la Terre de la Reine-Maud en Antarctique, des montagnes de Madagascar et des Ghats occidentaux et orientaux en Inde.

Plus ancienne encore est l’orogenèse ayant donné naissance au Permien à la chaîne Transantarctique, largement rajeunie ultérieurement, ainsi qu’aux chaînes du Mont-Lofty et de Flinders en Australie-Méridionale. La Cordillère australienne est une chaîne de montagne majeure dont la formation par accrétion à partir du Carbonifère peut être considérée comme leur prolongation tardive.

Les biomes de montagne

Ces orogénèses ont pour conséquence trois biomes en totalité ou principalement influencés par l’altitude et le relief :

les prairies et terres arbustives de montagne et leurs 48 écorégions :

–  les forêts de conifères tempérées et leurs 52 écorégions :

les forêts de conifères tropicales et subtropicales et leurs 15 écorégions :

Le saut de la Lemme (Jura) (source Stéphane Delavallade, juin 2019)

Evocation montagnarde européenne

La composition a pour base un substrat calcaire (Jurassique) ou apparaissent des fossiles de cette période géologique rappelant la présence de la mer à cette époque : rhynchonelles, térébratules, bivalves.  Elle se structure autour d’un épicéa commun (Picea abies) et d’un sapin banc (Abies alba), avec à leur pied de la myrtille commune (Vaccinium myrtillus), de la fraise des bois (Fragaria vesca) et de la campanule des murailles (Campanula portenschlagiana), du lichen (Evernia prunastri), et de la mousse des jardiniers (Pseudoscleropodium purum).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conseils d’entretien :
◦ Exposer le terrarium à la lumière du jour, en évitant la lumière directe
◦ Arroser modérément une fois par mois (une fois par semaine en période très chaude)
Attention : mieux vaut ne pas assez arroser que trop arroser ; risque de pourriture important !
◦ Humecter le feuillage une fois par semaine, car ces végétaux de montagne ont besoin d’une humidité dans l’air permanente

Composition extérieure :

La composition extérieure est plus diversifiée. Elle est formée des même végétaux que l’évocation montagnarde européenne, mais avec des feuillus tels que le hêtre (Fagus sylvatica), le houx ((Ilex aquifolium), le buis (Buxus sempervirens), et des roches diverses rappelant le bouleversement géologique qu’on connu les roches en place lors de l’orogénèse alpine.

Les commentaires sont fermés.