Fonctionnement de l’éco-ruche


/ Introduction / Implanter son rucher / Structure de la ruche / S’équiper / Fonctionnement de la ruche / La belle saison / La récolte / La fin de saison /


Votre éco-ruche va accueillir environ 30 000/ 40 000 abeilles en pleine saison.

Quels sont les occupants ?

– La reine : Il y en a une seule. C’est la mère de toutes les abeilles de la ruche. Elle peut pondre jusqu’à 2000 œufs par jour en pleine saison, jour et nuit.

Son abdomen est plus grand.
Après sa naissance la reine ne quitte la ruche que pour se faire féconder par plusieurs mâles d’autres ruches : c’est le vol nuptial.
Elle peut vivre 3 à 5 ans.
Elle ne consomme que de la gelée royale produite par les ouvrières.

 

 

– L’ouvrière
Ce sont les filles de la reine. Leur système de reproduction a été inhibé. Elles ne sont pas fécondées et ne pourront jamais créer un nouvel essaim.
Elles ne pondent donc pas, sauf dans le cas très particulier où la reine de la ruche serait morte. Mais comme elles n’ont pas été fécondées, elles ne donneront naissance qu’à des mâles.
On appelle cette ruche : une ruche bourdonneuse. Cette ruche est donc condamnée.
L’abeille d’été vit environ 45 jours. Au cours de ces 45 jours, l’abeille ouvrière va avoir plusieurs fonctions successives.

La nettoyeuse (J1-J3): Les jeunes abeilles se consacrent quasi exclusivement à l’entretien de la ruche. Elles sortent à l’extérieur tous les débris provenant de l’activité de l’essaim (débris de cire…)

La nourrice (J3-J9). Pendant cette période, les jeunes abeilles peuvent nourrir le couvain grâce à leurs glandes nourricières.

La magasinière (J9-J12). Lorsque les butineuses reviennent à la ruche chargées de nectar ou de pollen, elles transfèrent par trophallaxie « bouche à bouche » le précieux butin.

La cirière (J12-J18). Les abeilles se coordonnent entre elles pour assurer la construction des cellules, lesquelles sont inclinées de 13° pour permettre le stockage du miel au fond des cellules.

L’architecte et la maçonne. Il s’agit pour les abeilles de construire les rayons et les alvéoles de la ruche.

La ventileuse. La ruche conserve une température située entre 32° et 36°. Lorsque la température est  élevée, elles vont chercher de l’eau à l’extérieur pour rafraîchir la ruche et ventilent. Si la température est insuffisante, les ouvrières font vibrer leurs muscles thoraciques pour produire de la chaleur.

La gardienne (J15-J25). La défense de la ruche est assurée par des ouvrières spécialisées. Elles se postent à l’entrée de la ruche. Leur rôle est de vérifier que les abeilles qui entrent dans la ruche appartiennent bien à leur colonie.

La butineuse (J22 – mort). C’est la dernière phase de vie d’une ouvrière avant de mourir. Il s’agit d’aller chercher le nectar, le pollen, l’eau et la propolis qui vont permettre à la colonie de survivre.

L’abeille d’hiver qui émerge en automne vit tout l’hiver jusqu’au printemps. Ces abeilles ne sortent pas butiner. Elles ont pour objectif de nourrir et de garder la reine au chaud

– Le faux-bourdon
C’est le mâle. Il ne butine pas et ne participe pas aux travaux de la ruche. Il ne pique pas. Sa seule fonction est d’aller féconder les reines vierges lors de leur vol nuptial (le mâle meurt au cours de l’accouplement).  Il peut être accepté dans n’importe quelle ruche et assure ainsi le brassage génétique.

 

Ils sont plus gros mais en plus petit nombre que les ouvrières (de l’ordre de 3000 à 4000). Ils meurent tous à la fin de l’automne. Il n’y a donc pas de mâles en hiver dans la ruche.

– Le couvain

C’est l’ensemble de la ponte de la reine qui comprend, les oeufs, les larves et les nymphes.

L’oeuf  – La reine pond un oeuf  par cellule, qui peut être fécondé pour donner naissance à une ouvrière ou non fécondé pour les faux-bourdons.

La larve – L’oeuf éclot après 3 jours et il en sort une larve. Les premiers jours, les ouvrières nourrissent les larves de gelée royale, puis elles passent au miel et au pollen. Par contre les larves de reines sont toujours nourries à la gelée royale.

La nymphe  – À cette étape, le minuscule organisme se développe. Les pattes, les yeux et les ailes prennent forme. Après cette étape, l’abeille devenue adulte sort de l’alvéole en grignotant l’opercule.

Répartition dans le corps de la ruche

Il faut imaginer un essaim d’abeilles dans la ruche en 3D sous la forme d’un ballon, plus ou moins gros selon la saison et l’espace disponible. Les rayons viennent entrecouper ce volume.

Au centre se trouve la reine avec le couvain, autour du couvain on va trouver les cellules remplies de pollen et autour du pollen les cellules de miel.

Les abeilles ouvrières se répartissent sur tous les cadres en fonction des travaux qu’elles mènent pour la colonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.