Ruche gratte-ciel

Extrait du « chasseur français » no 620 1948 page 132.
ruche-gratte-cielC’est le Révérend Père Dugat qui a mis au point cette technique de production intensive.

Au printemps, on superpose plusieurs colonies séparées par des grilles à reines, car elles gardent leur reine et on les nourrit.

Les colonies étant superposées, on profite des avantages suivants : le développement du couvain est très rapide grâce à une température régulière à l’intérieur ; il est proportionnel au nombre de colonies superposées, les plus hautes ayant un couvain à accroissement plus rapide. Les essaims se rendent service mutuellement.

L’orphelinage oblige les essaims à ne s’occuper de la reconstitution que d’un seul nid à couvain, d’où peu de pollen ramassé.

Il met les abeilles dans les mêmes conditions que dans l’essaimage naturel, en profitant des avantages de l’arrêt de la ponte, tout en évitant les inconvénients de la perte de butineuses.

Les jeunes abeilles, destinées à l’élevage du couvain, sont libérées et deviennent butineuses plus tôt ; ce qui, avec la fusion des colonies, donne une masse imposante de butineuses qui n’ont qu’un seul but : la récolte.

Aussi ne faut-il pas s’étonner des résultats extraordinaires que certains ont obtenu avec cette méthode : 300 kilogrammes de miel avec un gratte-ciel de quatre reines.

D’après les principes exposés dans la brochure du P. Dugat, le rendement en miel des colonies superposées s’obtient en multipliant par deux le nombre de reines du gratte-ciel. Ainsi un gratte-ciel de trois reines rapporte 3 X 2 = six fois plus que trois ruches séparées ne produisent ensemble.

Exemple concret : trois ruches ordinaires donnent 10 kilogrammes chacune, ce qui fait 30 kilogrammes. Pour la même période, le gratte-ciel à trois reines rapportera 30 x 6 = 180 kilogrammes.

Il est bon de ne pas dépasser le nombre de quatre reines par gratte-ciel pour ne pas trop compliquer les opérations.

DUGATSelon le but envisagé, cette méthode permet les trois opérations apicoles suivantes : récolte du miel, essaimage artificiel, élevage de reines. Inutile de dire qu’il est nécessaire d’avoir un matériel interchangeable : corps de ruches, cadres …

L’inventeur de la méthode, le R. P. Dugat, a mis au point une ruche, la Dugat-standard, qui facilite beaucoup les opérations. En particulier, elle évite la recherche des reines, point délicat pour certains.

Voici, en résumé, les opérations à effectuer pour la production du miel avec un gratte-ciel en supposant une miellée unique en mai-juin.

Marquer les reines au début de la saison, en mars.

15 mars. — À la floraison des arbres fruitiers, superposer les ruches, mettre une grille à reine entre chaque corps. Asperger chaque colonie avec un sirop parfumé pour faciliter les réunions. Stimuler la ponte avec du sirop.

2° 15 avril. — Un mois après la réunion, enlever les cadres, sauf cinq de couvain qu’on laisse avec la reine respective. Bloquer les autres cadres de couvain dans d’autres corps en mettant dix ou onze cadres dans chacun.

Pour un gratte-ciel de deux reines, on aura donc un corps de dix cadres de couvain sans reine, deux corps de cinq cadres de couvain et cadres vides avec reine. Mettre le corps sans reine entre ceux qui en ont une.

3° 25 avril. — Quinze jours avant la miellée, enlever les reines dont on peut faire des essaims artificiels. Bloquer ensemble le couvain mûr et ensemble le couvain frais ou demi-operculé. Placer le couvain frais sur le dessus, enlever les grilles à reines.

4° 4 mai. — Dix jours après, détruire ou utiliser les cellules royales sans en oublier une seule, intercaler des hausses vides. Mettre en plafond sur le dernier corps un cadre de couvain frais pris ailleurs, le poser sur cales.

5° 14 mai. — Dix jours après la suppression des cellules, enlever le cadre de couvain ; le remplacer par un autre de couvain frais.

6° 24 mai. — Au bout d’un mois d’orphelinage, remérer avec une reine et son nucleus. Enlever le cadre de cellules royales.

7° 10 juin. — Quinze jours après, soit vers la fin de la miellée, mettre les autres reines et leurs nuclei respectifs.

Il est vrai qu’avec quatre reines, par exemple, on aborde la miellée avec un contingent de 600.000 butineuses environ.

5 réponses à Ruche gratte-ciel

  1. Jeannot Hovington dit :

    bon pas sur de bien comprendre mais surtout je me demande pourquoi tu remet du couvain frais sur le desus sa ferais quoi si tu en remetais pasmerci

  2. Michel Muhr dit :

    Quelqu’un aurait-il le livre
    « la ruche gratte ciel à plusieurs reines » de Dugat en français à vendre ou pour un prêt sous caution
    Merci

  3. alain Fa dit :

    Oui, moi….
    si tu es toujours là…????

    f1azal@wanadoo.fr
    Alain

  4. Marie ange Vanderroost dit :

    Bonjour j ai récupéré des ruches Dugat. .je pense me former à la technique de la ruche gratté ciel. .Pourriez vous me faire une copie du livre s il vous plaît ?
    Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *