Lexique apicole – M


A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L– M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z


Voir aussi le lexique botanique


Maladie noire, virus de la paralysie aigüe

Maturateur, récipient qui peut aller de 20 à 200, 300 kg dans lequel décante le miel qui vient d’être extrait.

Mellifère, se dit d’une plante ou arbre qui est riche en pollen ou nectar

Métamorphoses de l’abeille, les abeilles passent par trois étapes dans leurs métamorphoses avant de devenir un insecte parfait. Les étapes sont les suivantes : d’abord l’œuf, puis la larve et enfin la pupe dont sortira l’insecte.
Les abeilles (reine, ouvrières ou faux bourdons) sont toutes issues au départ d’un oeuf minuscule pondu et déposé par la reine dans un alvéole. Un oeuf fécondé (femelle), déposé dans une cellule normale et nourri d’une bouillie de pollen et de miel, deviendra une abeille ouvrière.
L’oeuf se transforme en larve le 4ème jour, le 8ème jour les abeilles operculent l’alvéole et la métamorphose se poursuit en secret : la larve forme un cocon, puis une nymphe, la nymphe devient chrysalide jusqu’à l’éclosion finale, le 15ème jour. L’insecte ailé, formé, déchire l’opercule, prêt à assumer ses premières fonctions.
D’autres oeufs femelles, déposés dans des cellules royales , sont exclusivement nourris de gelée royale. Ils sont destinés à devenir les futures reines. L’operculage se fait le 6ème jour, la transformation est plus lente : il faudra 21 jours pour que la larve royale donne naissance à une jeune reine, mesurant environ 18 mm.Les oeufs non fécondés (mâles) sont déposés dans une cellule normale et recoivent la même nourriture que les larves ouvrières. La métamorphose est encore plus longue : les mâles naissent au bout du 23 ème jour.

Miel, C’est une substance sucrée produite par les abeilles de type mellifera  à partir de nectar (des fleurs)  ou de miellat (excrétion produite par des insectes suceurs comme le puceron). Les abeilles entreposent le miel dans la ruche et s’en nourrissent tout au long de l’année, en particulier lors de périodes climatiques défavorables, le surplus étant récolté par l’apiculteur. On distingue le miel de printemps, clair, moelleux et facile à tartiner, qui provient du colza et de diverses autres fleurs qui s’épanouissent en même temps ( pommier, cerisier, pissenlit,trèfle…), du miel d’été qui est un miel légèrement plus foncé et aromatique que le miel de printemps. Il est récolté principalement sur une grande diversité de fleurs d’été.

Miel bio, Le producteur de miel bio doit fournir une carte d’Etat-major indiquant clairement l’emplacement de chaque ruche. Les organismes certificateurs viennent vérifier sans prévenir et font des prélèvements dans les ruches. Le cahier des charges A.B. s’attache à certifier qu’il y a un environnement sain dans un rayon de 2 kilomètres autour de la ruche : pas d’autoroutes, de routes nationales (plomb) ou même d’arboriculteurs en “conventionnel”, car les arbres sont très traités. Une culture particulièrement visée, c’est le colza, l’insecticide utilisé en traditionnel étant très toxique. De plus dans un rayon de 3 kilomètres il ne doit pas y avoir de sources de pollution telles que usines, stations d’incinération, etc…La particularité d’un miel bio est son goût prononcé et bien spécifique. L’acacia est doux et floral, le châtaignier est fort et persistant, souvent très relevé et parfois légèrement amer. Le miel de lavande est lui plus fin, parfumé et délicat alors que le miel de sapin est plus aromatisé, avec une légère odeur de résine et une saveur assez douce, sans aucune amertume.
Donc un miel bio c’est : des ruches entourées de cultures biologiques ou sauvages sur un rayon de 3 km, des zones de butinage éloignées des sources de pollution : villes, autoroutes, zones industrielles, décharges…,des ruches en matériaux non traités, sans peintures ni vernis synthétiques, des cadres en cire biologique à l’intérieur des ruches, des abeilles nourries de leur miel essentiellement et soignées à l’homéopathie ou à la phytothérapie, des traitements naturels exclusivement, une récolte excluant l’emploi de répulsifs chimiques, une extraction à froid et pas de chauffage.

Miel crémeux, miel de consistance pâteuse qui a été ensemencé par un miel de printemps à très fine cristallisation.

Miel en rayon ou miel en morceau, rayons de miel découpés sur le cadre au moment de la récolte. Le miel est donc conservé dans les cellule et toujours recouvert d’un opercule de cire au moment de sa dégustation.

Miellat , C’est un liquide épais et visqueux excrété essentiellement par les pucerons des arbres. Cette substance riche en sucres et acides aminés est déposée par eux sur les végétaux. Lors de l’excrétion, le miellat est projeté le plus loin possible par le puceron car si celui-ci marche dedans il peut s’engluer et mourir.
Ce miellat est récolté par l’abeille à miel en complément ou en remplacement du nectar afin de produire un miel plutôt sombre, moins humide que le miel de nectar, également appelé miellat (miel de sapin, miel de forêt, miel de chêne, miellat du maquis corse…). Bien qu’il provienne d’excréments de pucerons régurgités par des abeilles, ce miel est très prisé, particulièrement dans les pays anglo-saxons, où on l’appelle honeydew, c’est-à-dire rosée de miel. On trouve par exemple le miel de sapin des Vosges.
La récolte de ce type de miel est très aléatoire car de nombreux facteurs (climatiques entre autres) influent sur la production. La composition du miel de miellat est d’environ 16 % d’eau, 38 % de fructose, 27 % de glucose, 3 % de sucrose, 9 % de dextrose, 5 % de mélézitose, 7 % d’acides aminés et de minéraux.

Miellée, période d’intense sécrétion de nectar par les plantes pendant laquelle une colonie d’abeilles mellifères est capable de produire le plus de miel. Cette période selon les plantes peut durer une semain, un mois… La miellée est très importante dans l’apiculture pastorale.

Miellerie, Endroit, pièce où le miel est extrait, on y trouve l’extracteur, le bac à désoperculer, le maturateur…

Miniplus, La ruchette MiniPlus est une ruchette de fécondation. Elle se compose de 6 cadrons avec 6 amorces de cire.  Elle peut hiverner  par superposition de deux corps, soit 12 cadrons équivalents à 6 cadres de hausse ou 3 cadres de corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *