Lexique apicole – G


A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L– M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z


Voir aussi le lexique botanique


Gauchoinsecticide systémique (Bayer) contenant de l’imidaclopride.

GDSA, Groupement de Défense Sanitaire Apicole

Gelée royale, substance laiteuse, finement granulée sécrétée par les glandes hypopharyngiennes des abeilles nourrices, utilisée comme nourriture des jeunes larves.

Glandes cirières, glandes localisées sur la face inférieure de l’abdomen d’une ouvrière entre le troisième, quatrième et cinquième anneaux, qui sécrètent de la cire.

Glande de Nasonoff ou Nasanof, glande située sur le segment apical de l’abdomen d’une abeille qui sécrète une phéromone qui sert à battre le rappel des autres abeilles mellifères.

Glandes hypopharyngiennes, structures glandulaires situées dans la tête d’une abeille ouvrière adulte qui produisent des sécrétions protéinées, qui sont données en nourriture au couvain, et aussi différents enzymes qui servent à la conversion du nectar en miel.

Glucose, sucre entrant dans la composition du miel. Le miel est une solution saturée en sucres qui cristallise plus ou moins rapidement, en fonction de l’équilibre de ses sucres principaux – fructose et glucose. Plus la teneur en fructose est élevée, plus il restera liquide longtemps (ex. miel d’acacia). Plus la teneur en glucose est élevée, plus il cristallisera vite (ex. miel de colza, ou miel de trèfle). Cet équilibre des sucres dépend de son origine florale, mais n’a pas de lien direct avec sa qualité. Si un miel est chauffé à plus de 40 degrés, sa cristallisation est retardée. Chauffer un miel à une température supérieure à 40 degrés lui fait perdre en qualité.

Glandes mandibulaires, glandes situées de part et d’autre de la tête de l’abeille. Chez les jeunes ouvrières, ces glandes sont développées en production de nourriture de couvain. Chez les ouvrières plus âgées elles produisent une substance d’alarme.

GPGR, Groupement des Producteurs de Gelée Royale

Granulation , il s’agit de la taille des cristaux de miel. Le miel avec une granulation fine est souvent préféré au miel ayant une granulation plus grossière ou anarchique. Il est alors possible de procéder à une cristallisation dirigée du miel. A part le miel d’acacias, tous les miels cristallisent plus ou moins vite s’ils ne sont pas chauffés, selon la nature des fleurs butinées et selon la teneur en différents sucres du nectar. Cette cristallisation peut présenter une granulation plus ou moins grossière.
La cristallisation dirigée du miel consiste à contrôler cet inéluctable phénomène de cristallisation. On anticipe alors sur le phénomène naturel, en ensemençant son miel avec du miel cristallisé présentant une granulation excessivement fine (cas des miels de colza par exemple).
L’ensemencement en miel à granulation fine représente de 5 % à 10 % de la masse du miel à traiter. Ce miel est réparti sur l’ensemble de la quantité afin que ces cristaux soient en contact avec l’ensemble du miel. L’opération passe par une phase d’homogénéisation préalable, lente et régulière.
Le miel ainsi obtenu sera donc un miel dit crémeux, qui présentera le grand avantage d’une cristallisation stable, très fine, pratiquement imperceptible et, de plus, facile à tartiner.

Grappe, abeilles rassemblées en une boule pendant à une branche d’arbre dans le cas d’un essaim. Abeilles resserrées les unes contre les autres englobant des rayons pendant l’hiver par exemple.

Grappe d’hivernage, formation serrée en forme de boule qu’adoptent les abeilles dans la ruche pendant les périodes froides de l’année.

Greffage , C’est l’opération qui consiste à sélectionner une larves âgée seulement de 12 à 36h pour la mettre dans une cellule royale artificielle dans le but d’obtenir une reine de qualité optimale. Lorsque les abeilles orphelines démarrent elles-même un élevage de « sauveté » il arrive qu’elles choisissent une larve plus âgée qui donne par la suite une reine moins développée ; notamment une reine dont les ovaires contiendront moins d’ovarioles (ce qui affecte son pouvoir de ponte).
Pour cela l’apiculteur utilise un outil (le picking) pour aller récupérer la larve au fond de son alvéole et la placer ensuite au fond de la cellule royale artificielle (matière plastique ou faite en cire d’abeille fondue puis moulée sur un gabarit spécial). Une fois le greffage effectuée les cellules royales greffées sont introduite dans la colonie éleveuse (starter).
Cette oppération permet aussi à l’apiculteur un travail de sélection en donnant à la colonie éleveuse des larves provenant d’une colonie choisie pour ses qualités : douceur, productivité, race particulière…Par ex des abeilles italiennes (Ligustica) sont tout à fait capables d’élever des cupules (cellules royales artificielles en plastique) contenant des larves provenant d’une colonie d’abeille noire (Mellifera mellifera).

Grille à reine, il s’agit d’une grille dont les ouvertures permettent aux abeilles de passer mais retiennent la reine et les mâles qui sont plus gros. Permet alors à l’apiculteur de confiner la reine dans un endroit de la ruche et dès lors de séparer le couvain du miel.

Grille à propolis, grille ayant des espaces assez petits de telle sorte que les abeilles bouchent les ouvertures avec la propolis. On récolte ensuite cette propolis en la récupérant  des grilles. Pour cela, on met la grille au congélateur, ce qui va permettre  à la propolis de devenir friable quand on va la sortir.

Guttation , phénomène qui est lié au prélèvement par les plantes de l’eau pendant la période de croissance. En journée, la plante est débarrassée de cette eau en excès par évaporation, et la nuit la transpiration ne peut généralement pas se produire parce que la plupart des plantes ont leur stomates fermés. L’eau s’accumule dans la plante, ce qui crée une légère pression de la racine vers les feuilles où se forment alors des petites gouttes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *