CHAUDIERE Maurice


chaudiere argile abeillesD’argile et d’Abeilles – Pour une apiculture douce  –Maurice Chaudière –  mars 2014

  • Relié: 72 pages
  • Editeur : Terran Editions (3 mars 2014)
  • Collection : Alternatives apicoles
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2359810383
  • ISBN-13: 978-2359810387
  • Dimensions du produit: 17,6 x 1,2 x 19,7 cm


CHAUDIERE Maurice – Apiculture alternative – 2005

De la ruche en terre, simple et ronde, aux éléments modulaires de l’Extensible, Maurice Chaudière propose une autre voie à l’apiculteur. Sa démarche, qui s’inscrit dans une pratique harmonieuse du milieu naturel, recherche une production de qualité, propre et abondante. Économe et rigoureuse, cette apiculture met à profit l’énergie conciliée du soleil, de l’argile, de l’abeille et de la cire. Fruit d’une vie tout entière consacrée à l’observation de la nature, cette démarche a su s’adapter, de phase en phase, à l’évolution de la technique apicole comme aux fléaux qui la contraignent. Pour éliminer les varroas sans traitements chimiques et augmenter la production de miel ou celle de la gelée royale, Maurice Chaudière a conçu l’Extensible, une ruche à deux reines, de manipulation facile, performante et simple.

  • Broché: 54 pages
  • Editeur : Le Décaèdre (18 février 2005)

6 réponses à CHAUDIERE Maurice

  1. Robard isabelke dit :

    Bonjour,
    Je cherche à joindre maurice chaudière que je connais et dont j ai détenu les coordonnées mail et téléphonique. J ai besoin de le contacter suite à la diffusion d un documentaire que nous avions faite à grasse au colloque de patrick theillere.
    Merci de lui transferer ce message. I. Robard

  2. Smail Youcef dit :

    Habitant en Algérie jusqu’à 2011 j’ai eu la chance d’assister à un stage/formation dans ma région en Kabylie sur le thème Apiculture.
    M’étant installer en France et souhaitant faire de l’apiculture je veut bien reprendre contact avec le grand maître.

    Mon téléphone : 06 73 99 22 47.
    Prêt pour tout projet pour l’apiculture.
    Je cherche à joindre Maurice Chaudière.

  3. Sylvie dit :

    Merci pour la création de cette page à travers laquelle je lance ma recherche pour contacter Maurice Chaudière.
    J’espère établir ce contact pour échanger sur un projet de forêt fruitière en Belgique.
    Merci aussi à ceux et celles qui seront les jalons de cette réalisation.
    Sylvie

  4. Frédéric Pou dit :

    Bonsoir Monsieur,
    je vous ai connu au Four d’en Haut (60) + ou – 1970. La même année, vous nous invitiez à Dieulefit à dîner et ce fut l’occasion de nous baigner dans le bassin et de rencontrer Philippe Jaccottet à Grignan. A l’époque vous étiez en période de divorce.
    Je garde et vos poèmes en prose et un superbe souvenir de vous,
    Frédéric Pou

  5. Bonjour,

    J’organise des stages et des conférences en Suisse, à Genève, avec le collectif Permabondance (www.permabondance.ch) et je serais très interessée a faire venir Maurice Chaudière. Serait il possible de me contacter par email pour eventuellement orgasnier une date dans le courant 2018?
    Ou organiser vous encore des stages chez vous? Je pourrais organiser pour qu’un groupe de suisses viennent vous voir 🙂

    Je vous remercie d’avance, nous avons beaucoup à apprendre de vous!

    Cordialement,

  6. Brisepierre dit :

    Nous avons 10 hectares de terre en Crau « verte » , à 3km de Saint Martin de Crau .
    Il y a30 ans nous avons planté 3000 amandiers sur gf 677 pécher amandiers , suite à une activité autre , paysagiste puis aujourd’hui artiste sur bois , nous avons laisser le verger sans entretien pendant 15 ans , les arbres meurent petit à petit .
    La végétation indigène a pris passablement le dessus ; chêne vert , filaire , frêne , laurier tin , aubépine , pistachier, olivier… dans des proportions impressionnante , 4/5 m de haut et forte circonférence de tronc . Ayant butté à la plantation d’amandiers, la végétation indigène c’est installée sur les buttes, laissant donc une large allée entre rang .
    Voyant cette superbe et vigoureuse végétation , nous avons décidé de la laisser , et de planter des chênes vert truffiers et noisetiers entre . Depuis nous avons plantés des noyers , eleagnus, tilleuls …
    Bref le but étant de faire une foret fruitière , pour s’en nourrir…
    Auriez Monsieur Maurice Chaudière la possibilité de passer nous voir et de nous éclairer de votre expérience ?
    Cordialement
    Hervé Brisepierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *