La ruche Warré


Au coeur de la Champagne

La ruche est située dans mon jardin. L’endroit est très protégé, et à l’abri du vent. L’environnement est très intéressant pour les abeilles, il y a de grands espaces non cultivés à proximité avec une zone boisée, de l’eau et aussi des cultures où elles bénéficient de fortes miellées, et puis dans le jardin il y a aussi de très nombreuses plantes mellifères, plus de 700 essences  qui permettent de les nourrir. Un grand bassin est à leur disposition pour qu’elles puissent boire. Les petites avettes (une ancien nom que l’on donne aux abeilles) sont choyées.

Mes abeilles  sont plutôt douces mais un peu essaimeuses (la moitié des abeilles quittent la ruche pour laisser la place à une nouvelle reine. Il y en a eu beaucoup dans la région cette année .

La ruche est tout en bois. Je n’utilise aucun plastique. Il s’agit d’une ruche Warré. Elle a été peinte par un artiste local. L’objectif de ce type de ruches sans cadres est complètement centré sur les abeilles et non sur la production de miel. De fait la quantité de miel récoltée est en grande partie pour elles.

En hiver, cette ruche  a entre 15 000 et 20 000 abeilles…mais en plein été, entre 30000 et 40000 abeilles. Une sacrée famille !!!

Pour obtenir 1 kg de miel, les petites abeilles doivent butiner environ 5 millions de fleurs. Ce sont de sacrées travailleuses, elle n’arrêtent pas !!!

Voici la ruche Warré:

Le devant de la ruche

Cet après-midi, il fait beau mais frais, les abeilles sortent un peu.

J’ai frappé à la porte, elles pointent leur nez dehors.

L’intérieur de la ruche à l’arrière.

La saison est maintenant bien avancée. Elles doivent se préparer peu à peu à l’hiver !


Octobre

La belle saison est derrière nous. Le bilan de l’année est moyen, le printemps a été compliqué car il a gelé lorsque les fruitiers étaient en fleurs. Puis la canicule de cet été a desséché les fleurs, il y avait donc très peu de nectar. Toutefois notre jardin où sont implantées les ruches comporte plus de 700 variétés florales. Les abeilles ont donc pu trouver de quoi se nourrir et faire les réserves pour cet hiver.

La reine à fortement ralenti sa ponte. La population de la ruche diminue donc. Les faux-bourdon ont été chassés, il ne reste donc plus que la reine et les abeilles dites « d’hiver » dont le rôle est de garder une certaine température dans la ruche.

J’ai traité les ruches contre le varroa avec « apibioxal ». Il s’agit d’un traitement annuel bio qui permet de lutter contre cet acarien qui touche toutes les ruches du monde.

Les commentaires sont fermés.